Illégal et contesté, retour sur le premier mariage gay en France

premier mariage gay

Le samedi 5 juin 2004, deux personnes de même sexe se marient ensemble. C’est le premier mariage gay célébré en France. Malgré les contestations et l’illégalité totale du mariage, l’union est quand même célébrée. Retour sur cette journée spéciale, en ce mois de Marche des Fiertés.

Tout commence avec une agression homophobe. Celle de Sébastien Nouchet, le 16 janvier 2004. Homosexuel, vivant dans le Pas-de-Calais, Sébastien se fait agresser par plusieurs personnes alors qu’il est dans son jardin. D’abord viennent les insultes puis la violence. Alors qu’un des agresseurs l’asperge de liquide inflammable, un autre met le feu à ses vêtements. Le bilan est grave : brûlure au 3ème degré.

La classe politique réagit, s’offusque et s’émeut tandis que les associations LGBT appellent à la réaction. Pour eux, l’interdiction du mariage gay perpétue l’idée que les personnes homosexuelles seraient inférieures aux personnes hétérosexuelles. Ainsi, les discriminations légales encourageraient l’homophobie.

Un juriste et un philosophe reprennent d’ailleurs cette idée. Daniel Borillo et Didier Eribon écrivent le « Manifeste de l’égalité des droits ». Ils proposent de faire signer l’appel à plusieurs maires réputés « ouverts ». Un seul répondra : Noël Mamère.

Et ils se marièrent à Bègles

Le maire de Bègles qui avait déjà montré son support pour l’adoption des couples homosexuels, accepte immédiatement. L’appel qu’il signe le met en marge de la loi. En effet, si un couple homosexuel se présente à sa mairie, il est obligé de les marier alors que ce n’est pas légalisé.

Un couple se présente donc à la mairie après avoir entendu parler de cet engagement. Après une réunion entre le maire et les couples, c’est acté. Bertrand Charpentier et Stéphane Chapin se marieront ce 5 juin.

Noël Mamère l’annonce le 22 avril et provoque alors un tollé. Alors que les députés de droite sont globalement opposés au mariage pour tous, les députés de gauche se montrent plus frivoles et n’osent pas choisir de camp. Insultes, pressions, tout y passe mais Noël Mamère ne craque pas. Le mariage se fera.

Des manifestations violentes en face de la mairie

A 11h12, le 5 juin, Stéphane et Bertrand s’unissent. Dehors, des militants catholiques sont regroupés. En tête de proue, Philippe de Villiers cherche avec ses partisans à empêcher l’accès à la mairie aux mariés. Slogans, jurons et insultes homophobes sont lancés. Des militants LGBT et d’Act Up font également le déplacement pour assister à ce jour historique.

Noël Mamère, ému, explique l’importance de cette union  » je pense qu’aujourd’hui, nous faisons un geste en direction de l’intolérance qu’il y a dans ce pays et dans d’autres pays, où beaucoup d’hommes et de femmes sont aujourd’hui discriminé.e.s à cause de leur couleur de peau, à cause de leur religion, à cause de leur statut social et aussi à cause de leur orientation sexuelle.»

Finalement, Noël Mamère sera suspendu de ses fonctions et le mariage sera annulé par la Cour de cassation. Mais dans l’inconscient collectif et dans l’agenda politique, le message est lancé et noté.

Neuf années plus tard, le mariage gay est légalisé en France.

La Redac de Mariage.com

Soyez le premier à commenter