Témoignage : l’incroyable mariage au Népal que j’ai couvert par hasard

Phi-Haï Phan est photographe de mariage, c’est un véritable passionné de photo. Parti pour se reconnecter à lui-même lors de son voyage au Népal, il fait une rencontre merveilleuse, celle d’un homme qui va l’inviter au mariage de sa nièce. Voilà comment notre photographe glotte-trotteur s’est retrouvé à immortaliser un mariage traditionnel népalais tout en haut d’une colline, au coeur d’un magnifique village typique…

 

Pourquoi êtes-vous parti faire ce voyage ?

Je suis parti au Népal pour me rencontrer, un besoin viscéral de sortir de mes habitudes, de ma cage dorée… De trouver du sens. Un besoin de renouveau, d’aller à ma rencontre, de vivre de nouvelles aventures, de me sentir vivant, léger, libre… Voilà le but de ce voyage. Un voyage spirituel et initiatique. Et ça n’a pas été simple, la réflexion a pris son temps, entre questionnement, peur, peur de l’inconnu, de ce sur quoi on n’a aucune maîtrise… Au départ je pensais partir en Inde, puis Cambodge et Laos… Je tournais en rond sans vraiment trouver ma réponse… Puis le Népal m’est apparu en discutant avec mon meilleur ami qui y avait déjà été quelques années auparavant et je me suis dit « tiens c’est ce qu’il me faut »… Une destination, un sac à dos, et mon billet que j’ai acheté une semaine avant mon départ, le 12 mars et me voilà en mode aventure pendant 1 mois et demi.

 

 

Votre but était notamment de réussir à photographier un mariage là-bas ?

En partant, j’avais dans un coin de ma tête de couvrir un mariage si l’opportunité se présentait à moi. De pouvoir concilier le voyage et la photographie de mariage me semblait une belle idée que je voulais mettre en application. Pourquoi pas devenir photographe international, couvrir de magnifiques mariages aux 4 coins du monde ?

 

 

 

Comment avez-vous pu rencontrer ce couple ?

Je pense que lorsque l’on dit oui à la vie en allant vers l’inconnu, l’univers nous ouvre des portes, la vie nous accueille avec bienveillance et magie. L’opportunité s’est présentée lors d’un trajet de 8 heures en bus de Kathmandu à Pokhara. Mon voisin, Sal, un monsieur d’une cinquantaine d’années, avec qui j’ai commencé à discuter après une sieste de 2-3 heures. Lors de notre conversation j’apprends qu’il se dirige à Pokhara pour assister au mariage de sa nièce. Alors là, je me dis, c’est l’occasion rêvée et je n’ai rien à perdre en lui demandant de l’accompagner, au contraire j’ai tout à gagner. Il a réfléchi, a pris mes coordonnées et le soir même je recevais un message me disant que j’étais le bienvenu. Me voilà le lendemain en compagnie de ce monsieur en direction de ce mariage. 3 heures de trajet pour arriver dans un village tout en haut d’une colline… Voilà aussi la magie de mon voyage, ces moments imprévisibles et à la fois magnifiques.

 

Vous nous racontez cette jolie rencontre ?

Une fois arrivée sur le lieu du mariage vers 10 heures 30, il n’y avait que la mariée avec la famille, les amis. Le futur mari arriva vers 13 heures. Pas grand monde ne parle Anglais si ce n’est Sal et un autre jeune homme, Pradip qui m’accueille hyper bien. Je me retrouve donc dans une foule, en étant le seul touriste, et voilà… La mariée est assez prise par ses préparations, les différents rituels, et voilà comment je commence à couvrir ce mariage…

 

Vous ont-il dit ce que représentait le mariage pour eux ?

Non je n’ai pas eu l’occasion de discuter longuement avec les mariés. La mariée j’ai eu la chance de faire des portraits d’elle, mais le fait qu’elle soit timide et ne parlant pas Anglais, et moi pas le Népalais, c’est resté convivial et courtois, et dans des échanges de regards et sourires.

 

Qu’est-ce qui vous a donné envie de les photographier ?

Le fait de voyager, le fait d’être dans une culture différente, mon envie de découvrir leur culture, leurs rituels, leurs tenues… Le fait de couvrir un mariage tout en voyageant.

 

Ont-il accepté facilement ?

C’est Sal qui a fait la demande auprès d’eux, et j’imagine que oui vu que j’ai reçu un sms positif le soir même de notre rencontre avec Sal dans le bus.

 

 

Comment avez-vous réussi à communiquer avec eux car ils parlaient très peu Anglais ?

La mariée comprenait mon Anglais, heureusement, puis je me suis adapté. J’étais là pour couvrir un mariage hindouiste, donc mes interactions avec les gens étaient des sourires et regards. Les Népalais aiment beaucoup être pris en photo, donc c’était un pur régal. Pas besoin d’en dire beaucoup. Ils sont à l’aise devant l’objectif.

 

Ce couple est de religion hindouiste ?

D’après les différents rituels oui.

 

Qu’est-ce qui vous a fasciné dans ce mariage ?

Tout ! Le lieu, un petit village tout en haut d’une colline. Les tenues : celles des mariés ou des invités, très colorées et lumineux. Le grand-père vêtu d’un marcel et d’un short blancs… Tellement de richesse et de vie dans ce mariage. De me retrouver là aussi, c’était juste magique et inouï ! Les rituels sacrés. Le buffet aussi, partager le déjeuner avec tout le monde en toute convivialité et simplicité.

Pouvez-vous nous donner des informations sur les traditions du mariage au Népal ?

C’est ritualisé et très beau. Après c’est compliqué vu que je ne comprenais pas les rituels où le « prêtre » parlait en Népalais.

 

Quel a été le moment le plus fort pour vous ?

Je dirais que ce qui m’a marqué lors de ce mariage, c’est qu’apparemment dans cette culture il est normal de faire des mariages arrangés… Et j’avais l’impression que la mariée était très triste aussi, et ça m’a bouleversé de penser qu’une jeune fille de 21 ans, soit mariée à un homme qu’elle ne connaît peut-être pas ou qu’elle n’aime pas. Parfois nos regards se croisaient, et je sentais cette tristesse dans ses yeux… On m’a raconté que c’est culturel et naturel que la mariée soit triste, elle est sur le point de quitter son foyer, sa famille… Alors que dans ma vision un mariage est censé être un moment heureux, là c’était le contraire. Et puis finalement j’ai été bien accueilli dans ce village, j’ai échangé des sourires avec tout le monde. Pour moi ça a été un privilège que de pouvoir être parmi eux en cet instant aussi important. Namasté.

 

 

Retrouvez les coordonnées de notre photographe Phi-Haï Phan juste ici, sur sa fiche prestataire si vous souhaitez prendre contact, afin qu’il capture les jolis moments de votre mariage.

Ferrere Vanessa

Tombée dans le chaudron du mariage, quand je me mets en mode "recherche de bonnes idées" pour mes lectrices, plus rien ne m'arrête. Reine de la débrouillardise, je pioche sans cesse à droite, à gauche, pour vous aider à mettre en scène le plus beau jour de votre vie et pour faire de Mariage.com votre nouveau meilleur ami au quotidien !

  • Twitter
  • Facebook
  • Pinterest

Soyez le premier à commenter