7 conseils pour bien négocier avec vos prestataires pour le mariage

 

 

Lorsqu'il s'agit d'organiser le plus beau jour de votre vie, l'addition peut vite se révéler salée. Alors inutile de vous endetter sur vingt ans pour une journée, aussi féerique soit-elle. L'important est de comparer les devis et de bien négocier avec vos prestataires pour le mariage. Un seul mot d'ordre : négociez !

1- Informez les prestataires des devis proposés par leurs concurrents

Évitez de vous extasiez devant un professionnel, même si les services qu'il vous propose vous satisfont. Prenez votre temps. En montrant que vous cherchez à connaître les prix du marché, vous prouvez que vous n'êtes pas du genre à vous laisser berner. Pour cela, il faut connaître votre sujet sur le bout des doigts et savoir exactement ce que les concurrents proposent pour le même prix. Cela vous donnera une certaine crédibilité qui incitera le prestataire à négocier.

2-  Proposez des deals

« Lorsque j'ai visité le lieu de réception, j'ai proposé au prestataire qu'en échange de la réservation de la salle et du traiteur, il m'offre le service pour la soirée. Sur le coup, je me suis sentie culottée, mais ses tarifs étaient légèrement au dessus de notre budget », raconte Karine, mariée depuis le 5 septembre. Peu de futurs époux osent présenter un telle négociation. Pourtant, il peut permettre de s'offrir une prestation légèrement hors budget sans voir son compte virer au rouge.

3-  Employez la formule magique « Un geste commercial serait bienvenu ! »

À tous les coups ça marche ! Au pied du mur, le prestataire ne peut qu'accepter. Vous pourrez ainsi négocier les droits bouchon avec un traiteur, une réduction sur la paire de chaussures si vous prenez une robe dans la boutique, etc. Mis à bout, ces « gestes commerciaux » vous feront faire une économie non négligeable.

4-  Considérez les nuances linguistiques

Soyez sûre de tout comprendre. Par exemple, faîtes la différence entre arrhes et acompte. Les arrhes représentent une avance du coût de la prestation. En cas de désistement, vous perdrez cette somme mais n'aurez pas à verser le reste. Au contraire, un acompte engage définitivement les jeunes mariés comme le prestataire. En cas de désistement, la victime pourra réclamer la totalité de la somme ainsi que des dommages et intérêts. Il semble donc préférable de verser des arrhes.

5-  Vérifiez votre devis

Attention, les tarifs varient d'une saison sur l'autre.Votre prestataire peut vous avoir verbalement annoncé un prix qui a été modifié quelques jours plus tard. Les bonnes questions à vous poser : quelle est la date limite de prix énumérés ? Les tarifs proposés incluent-ils la TVA ? Que se passe-t-il en cas d'annulation ? Pensez également à traquer les extras en vous assurant que vous ne payez que ce dont vous avez vraiment besoin. Il n'y pas de petites économies !

6-  Employez les mots qui font mouche

Pour attirer la sympathie de votre interlocuteur et obtenir ce que vous voulez, veillez à utiliser le bon ton et les mots clés. Il s'agit du grand jour de votre vie et vous devez vous montrer exigeante.

7-  Soyez flexible

N'hésitez pas à modifier la date de votre mariage afin de bénéficier des meilleurs tarifs. Pourquoi, par exemple, ne pas choisir de vous unir en automne. L'arrière-saison est souvent agréable, les prix seront inférieurs et vos invités plus disponibles qu'à la veille de leurs vacances.
 

Présente sur Mariage.com depuis le tout début de l'aventure, je peux passer des heures à la recherche de LA robe ou de LA petite astuce de déco qui va rendre votre réception féérique.

Soyez le premier à commenter